Nicolas Loubet : « L’intelligence est dans la relation » | Prisme à Idées

L'interdisciplinarité dans la recherche et l'innovation : médias, réseaux, événements".

Nicolas Loubet : « L’intelligence est dans la relation »

5 commentaires

Animateur de communautés, créateur d’opportunités, facilitateur de liens… Voici quelques-unes des étiquettes pouvant définir Nicolas Loubet, co-fondateur de l’agence Umaps et du réseau Knowtex. Je le rencontre dans l’un de ses lieux favoris, « Le Père Tranquille », au cœur de Paris. Il me raconte son parcours, son rapport à l’entreprenariat et me parle de l’importance de la mise en relation pour créer de l’innovation radicale.

Au départ, Nicolas se destinait à faire de la recherche. Après un Baccalauréat scientifique, il intègre la Licence des sciences de la terre de l’Université Paris Diderot. S’intéressant à la géophysique, il se plaît dans ses études… mais se vite rend compte qu’il est plutôt un généraliste. « Ce qui me plaisait c’était d’avoir une vision globale de ce que j’étudie. J’ai pu découvrir ce qu’était la recherche par des stages et je n’ai pas été enchanté par le fait que cela soit aussi spécialisé. » Nicolas participe aussi à des activités extra-universitaires qui vont lui révéler d’autres intérêts. « Je me suis engagé à l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF). Je me suis découvert alors un appétit pour l’activité militante, avec un goût prononcé pour la relation directe avec les étudiants »

Poursuivant son cursus avec un Master en géophysique (IPGP – Paris Diderot), il se produit alors un événement déterminant pour la suite de son orientation. Son ami Stéphane Nai-Im Tholander lui propose de créer l’association UMAPS avec deux anciens camarades de la période lycéenne, Mikaly Rodriguez-Ruiz et Benoît Crouzet. « On voulait créer une association pour expérimenter de nouveaux formats dans la communication scientifique audiovisuelle ». L’une de leur série de films d’animation – sur les énergies renouvelables – remporte d’ailleurs un prix et sera présentée au Palais de la Découverte. « J’ai eu la chance de pouvoir y animer une trentaine de séances autour de nos films, devant différents types de publics. J’ai senti alors que j’adorais la médiation ! » me confie Nicolas.

S’épanouissant de plus en plus au sein de l’association, Nicolas et ses collègues décident d’en faire leur activité à part entière. Il se forme à la communication scientifique au sein du Magistère « Communication des sciences et techniques » du Centre National des Arts et Métiers (CNAM), suit les cours du Master de Journalisme Scientifique de Paris Diderot, participe aux activités du Groupes Traces… « C’est alors que tout s’accélère ». En 2009, Umaps se transforme en agence de communication qui quelques mois plus tard intègre la pépinière d’entreprise de Montreuil. Nicolas y devient à la fois directeur associé et consultant. « J’avais au départ un rôle de responsable des ressources scientifiques. Cependant, j’ai très vite concentré mon attention et mon temps sur les outils numériques qui me semblaient ouvrir de nouveaux horizons pour la médiation »

(CC) Ophelia Noor – Flickr

Nicolas travaille avec Mikaly sur le développement d’une plate-forme : Knowtex « À l’origine, Knowtex devait être une bibliothèque, un répertoire de ressources scientifiques disponibles sur le web. » Lancée à l’automne 2009, le site évolue très vite et devient un « lieu de rencontres » entre amateurs de culture scientifique. Il permet à une proto-communauté de journalistes, blogueurs, chercheurs,  médiateurs… de s’organiser. « Je suis devenu connecteur. Knowtex permettait de provoquer des mises en relation entre des gens aux expertises différentes mais passionnées par les mêmes centres d’intérêts. L’intelligence est dans la relation.»

Le talent des gens qu’il croise le motive à développer, d’abord avec Gayané Adourian et Marion Sabourdy, puis Audrey Bardon et Lorena Biret, un blog sur les innovations dans la médiation (au sens très large du terme). Au gré des rencontres, des projets de plus en plus ambitieux se développent : Prisme de tête, OWNIsciences, Le Grand Mix, apéros Sciences et Web, Copenhague RW, « Ville créative », Museomix, etc.

Cet intérêt pour l’animation de communauté, Nicolas l’a ressenti lors de sa première mission (Umaps), avec le collectif Ouvrons les Portes. « Il s’agissait de mettre en place un collectif partant de rien, afin de militer pour que quelques grands lycées parisiens ouvrent leurs internats de classe préparatoire aux filles… Cela m’a beaucoup fait gagner en maturité. J’ai découvert, très concrètement, la puissance des réseaux ». Désormais les naissances de groupes et les mises en relation sont passées à une autre échelle avec les médias sociaux. Nicolas est devenu un utilisateur fervent des technologies numériques (Twitter, Instagram, Tumblr, etc.). Il s’en sert autant pour mettre en scène les évolutions de la société numérique que pour rencontrer et mettre en contact des talents, comme un prolongement de son activité au sein de Knowtex. « Je suis un boulimique de rencontres. J’apprends beaucoup par ce biais-là.» me confie-t-il.

(CC) Lorena Biret – Flickr

Et justement, y-a-t-il une rencontre qui l’a influencé ? « Samuel Bausson, webmaster et community manager pour le Muséum de Toulouse. Il m’a permis de passer un cap en redimensionnant le développement de Knowtex. Je lui dois beaucoup sur la façon d’appréhender la médiation avec les technologies numériques ». Plus largement, les rencontres ont été le point fondateur de la réussite de Umaps et Knowtex. « Cela fait dix ans que je réfléchis, expérimente et travaille avec Stéphane, Mikaly et Benoît. Sans eux, rien n’aurait été possible. Cela se répète avec Gayané, Marion et Audrey pour Knowtex. Développer une super équipe, bien choisir ses associés, c’est déterminant… et difficile. »

L’interview achevée, il est déjà tard lorsque je repars du « Père Tranquille » vers les Quais de Seine. Créateur d’entreprise et facilitateur de rencontres, Nicolas Loubet a un parcours qui est tout sauf linéaire. S’intéressant de prime abord à la recherche, il se tourne ensuite vers la communication des sciences, puis la communication numérique et finalement les réseaux numériques. Tel un cafetier du web, il s’est donné pour mission de développer des synergies entre les acteurs du monde de la culture, du numérique et de la recherche pour créer de l’innovation. Quand on sait que la naissance d’un projet innovant ne dépend parfois que d’une seule rencontre, c’est une belle responsabilité.

 

Nos innovateurs ont chacun un endroit qu’ils affectionnent particulièrement, en lien avec leur histoire personnelle et professionnelle. Nicolas nous présente ici son lieu favori et nous explique les raisons de son choix:

Classé dans Portraits

Bookmark and Share

5 commentaires

  1. Audrey De Santis le 18 septembre 2012 à 18 h 28 min

    Joli parcours et joli portrait… qui oublie cependant de préciser que Nicolas vit la nuit (en plus du jour). ;-) Un garçon plutôt impressionnant en tous cas.

  2. dagautier le 19 septembre 2012 à 11 h 06 min

    Portrait d’un enfant du siècle (numérique) ! ++ :)

  3. Aratta le 19 septembre 2012 à 17 h 01 min

    Quel beau portrait :-) il se lit rapidement, de façon presque rythmique. Correspond bien à la personnalité de l’interviewé :-)

  4. Timsit le 07 janvier 2013 à 15 h 39 min

    très bon (et fidèle) portrait. Ce n’est qu’un début…

  5. Gayané Adourian : « J’aime raconter les processus et les gens qui se cachent derrière chaque projet. » | Prisme à Idées le 21 mars 2013 à 19 h 42 min

    […] Timsit dans Nicolas Loubet : « L’intelligence est dans la relation » […]

Ajoutez un commentaire

Laisser un commentaire en tant qu'invité :

 
© 2009-2014 Prisme à idées. Réalisation : Umaps Communication - Blog propulsé par Wordpress